Ode du Tout-Puissant
ou
Ainsi chanta Prométhée

Je vivrai malgré mal et adversité

Comme condor sur haut de cime élevée

Au soleil lumineux, le regard tourné...,

Nuages, pluies et tempêtes dédaignés.

Ne voyant ni triste ombre..., ni,

Du noir abîme, le fond...

Cheminant, rêvant, au monde des sentiments

Et gazouillant - tel est, des poètes, la félicité -

À l'harmonie, à l'inspiration de la vie, l'oreille prêtée

Le souffle de l'univers, en mon style, fondant

Et la divine voix écoutée,

En mon coeur, ses morts échos, ressusciter,

Je dis à la fatalité, inflexible

À, bravement, mes espoirs guerroyer :

"N'éteignent point la flamme, en mon sang attisée,

Flots de chagrin et tempêtes de calamité;

Tant tu sapes mon coeur et,

Comme le rocher massif, il est".

Abou AlKassim EchChebbi : Chansons de la vie

Traduction : F. OTHMAN